Le minimalisme,  Tous les articles

Comment suis-je devenue minimaliste

 

Août 2015 est le point de départ de ma vie plus minimaliste. Avant cette date, il était possible de me qualifier comme matérialiste, superficielle, adepte de la mode et du fast fashion, dépensière compulsive, la fille aux 50 paires de talons hauts, etc.

Qu’est-ce qui a fait basculer ma vie d’extrême consommatrice à adepte du minimaliste? C’est simple. Voici comment.

C’est en août 2015 que j’ai atteint un certain plafond de dettes. En tout cas, pour ma part, atteindre le chiffre fatidique de 10 000$ sur ma marge de crédit a été pour moi un vrai choc. Malgré les commentaires de mes collègues universitaires : « C’est normal d’avoir des dettes d’études, c’est normal d’être endetté à l’université… », je savais que pour moi, ce n’était pas normal.

Une photo de moi lorsque j’étais une très grande consommatrice.

Dix mille dollars c’est énorme lorsque j’ai réalisé que toutes ces dettes étaient des dettes de CONSOMMATION et non pas des dettes d’études. Malgré le budget que je m’étais fixé, je dépensais toujours plus. Environ 500$ de plus par mois en biens non nécessaires : des vêtements, des accessoires, des souliers, des talons hauts, des bottes, des sacs, etc.

10 000$

C’est à ce moment précis que je me suis mise à faire des recherches, particulièrement sur Pinterest, à propos de comment économiser. Alors que je m’étais planté solide avec mon argent, j’ai voulu rectifier la donne le plus rapidement possible.

Mon tableau Pinterest sur le minimalisme et les économies: ici. 

C’est en effectuant ces recherches que j’ai découvert le minimalisme et ce mode de vie a été une révélation pour moi. J’ai à ce moment compris que tout l’univers dans lequel je baignais depuis plusieurs années n’était qu’une course à « qui a toujours mieux ».

En pratiquant le minimalisme, j’ai réussi à reprendre le contrôle de mon argent, j’ai réussi à désencombrer ma vie de tout ce qui était toxique et inutile, je pratique maintenant des activités beaucoup plus saines que le magasinage, et j’arrête de toujours vouloir plus.

C’est tellement bien d’arrêter de toujours se sentir dans une course et d’arrêter de toujours se comparer aux autres pour être sûre que c’est nous la meilleure.

Le minimalisme m’a redonné ma liberté, en quelque sorte.

Comment avez-vous découvert le minimalisme?


Autres articles: