Mon histoire

Chapitre 1 : Le commencement

Mon histoire

Je suis le genre de fille qui passait sa vie à regarder dans les boutiques, les boutiques en ligne, les blogues de fashionista, etc. Je travaillais dans un centre commercial, où la nouveauté et la consommation m’envahissaient quotidiennement.

monhistoire1 monhistoire2

Je crois que le terme «victime de la mode» est approprié ici…
Source photo: instagram

J’achetais près de 200$ de vêtements par deux semaines. Ça, c’est seulement les vêtements. C’est sans compter les accessoires, les chaussures, les sacs, le maquillage et les articles de décoration. Tout ça, café à la main.

J’étais prise dans une roue où il en faut toujours plus pour impressionner ses collègues, ses « amis » Facebook, ses abonnés Instagram etc. Je gaspillais mon temps pour impressionner du monde que je ne connaissais même pas.

532631_10151176768113348_1841603441_n
(2012) Moi, devant la boutique où je travaillais. Talons hauts, jupe à paillettes et café à la main. La blogueuse typique de mode sur instagram.

Mais tout cela, je m’en suis rendu compte après avoir lu quelques articles sur le minimalisme en consultant Pinterest. Ce fut un coup de foudre. J’ai tout de suite réalisé que ma vie ne tournait qu’autour du superficiel. Des gens superficiels, une vie superficielle, des objets superficiels.

monhistoire3

Chaque sortie prenait une nouvelle robe, un nouveau kit… Et ça recommençait encore et encore.
Source photo: Instagram

Cet amour s’est déclenché en début juillet 2015. Des articles sur le désencombrement m’ont inspirée à faire de même et à vivre avec moins. Me débarrasser de tous ces vêtements et chaussures que je ne portais même pas (mais qui avaient fait de très belles photos Instagram par contre…)

J’ai commencé par désencombrer une pièce à la fois, une journée à la fois. Une journée c’était ma chambre,  l’autre la salle de bain, la cuisine, etc. En une semaine, je me suis débarrassé du 1/3 de mes biens, même peut-être plus. Le sentiment de bien-être intérieur que l’on vit lorsque l’on réussit à se détacher d’objets matériels est un sentiment qui dépasse largement l’achat de ces derniers.


Partagez ceci:
FacebookTwitterPinterestTumblrEmailGoogle+